Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Fidélio, unique opéra de Beethoven

 L'Opéra de Rennes nous propose quatre représentations de FIDELIO  les 15, 17, 19 et 21 mars.

 

 

 

fidelio.jpg

 

Fidélio est l'unique opéra de Beethoven.

 

On en compte trois versions : 1805,1806,1814

En 1803 Beethoven reçoit la commande d'un opéra sur un livret français de Jean-Nicolas Bouilly

 

Un fait divers est à l'origine du livret. A Tours, pendant la révolution française, une femme travestie se serait engagée comme aide-geôlier et aurait réussi à libérer son mari incarcéré.

Il fait précéder un drame très sombre des années de la Terreur, d'une idylle dans la tradition de l'ancien régime encore toute proche.

C'est un mélange de comédie et de tragédie, deux pièces différentes : une conventionnelle jouant sur le thème du travesti proche du XVIIIème siècle et une autre qui est un sinistre cauchemar débouchant après une crise violente sur une acclamation populaire, un hymne à l'amour et à la liberté.

L'oeuvre est marquée par une opposition entre abjection et explosion de lumière.

 

Les deux thèmes ont enthousiasmé Beethoven :

- Il a couru toute sa vie après l'amour conjugal qu'il n'a jamais eu.

- Il a toujours lutté pour l'indépendance des artistes et aurait pu finir en prison s'il n'avait pas été aussi célèbre.

 

Beethoven conserve les deux pièces, comédie légère et tragédie réaliste. Pour lui, "il fallait la première étape des vertus domestiques et bourgeoises, cette sorte de sous-bassement moral pour donner tout son relief à l'ardente et virile stature de Léonore."

On compte deux drames en un seul, l'épopée de l'amour et la lutte de l'Homme contre l'oppression et la conquête de la liberté comme bien suprême : il est captif mais libre par l'esprit.

Les représentations des deux premières versions sont difficiles et Beethoven reprend son oeuvre : il est confronté à sa propre évolution musicale.

La nouvelle représentation, en 1814, offre un succès qui perdure aujourd'hui.

 

Argument

 

L'action est située dans une forteresse espagnole non loin de Séville au XVIII ème siècle.

 

Premier acte

 

Florestan, ennemi juré de la tyrannie a été jeté en prison_ où sa femme Léonore déguisée en jeune homme sous le nom de Fidélio_ réussit à pénétrer. Elle s'est faite engager par le geôlier Rocco et la fille de ce dernier, Marcelline tombe amoureuse d'elle. Le gouverneur Pizarro, à l'annonce d'une prochaine inspection du ministre Don Fernando décide de faire disparaître Florestan qu'il détient arbitrairement.

Léonore persuade Rocco d'autoriser une promenade des prisonniers à l'air libre : elle cherche vainement son époux parmi ceux-ci.

 

Second acte

 

La première scène se déroule dans le cachot de Florestan : celui-ci exprime sa détresse (extrait vidéo). Léonore arrive avec Rocco et reconnait enfin son mari. Pizarro survient, pressé d'en finir : lorsqu'il tente de tuer Florestan, Léonore s'interpose; de lointaines fanfares annoncent l'arrivée du ministre, et Pizarro s'éloigne, furieux. La seconde scène a lieu devant les portes de la prison. Les détenus sont tous libérés, Pizarro arrêté, Florestan rendu à Léonore au grand dépit de Marcelline dont la déception introduit une note de mélancolie dans la joie générale.

 

 

A l'opéra de Rennes, l'opéra sera interprété par

 

Florestan Donald Litaker
Leonore Claudia Iten
Don Pizzaro Anton Keremidtchiev
Rocco Mamfred Hemm
Marzelline Olivia Doray
Jaquino Andreas Früh
Don Fernando Philippe-Nicolas Martin

 

 

Direction musicale
Grant Llewellyn
Erki Pehk (21 mars)

Mise en scène, scénographie, costumes Philippe Miesch

 

Orchestre Symphonique de Bretagne Directeur musical : Grant Llewellyn

Choeur de l’Opéra de Rennes Direction Gildas Pungier

 


 

 

 

 

 



07/02/2017
3 Poster un commentaire
Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres