Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

AIDA OPERA BASTILLE JUIN 2016

9 appréciations
Hors-ligne
AIDA parle de nationalisme, de raison d'état,du pouvoir religieux et d'amour contrarié.
Olivier PY place l'opéra à l'époque de la création de l'oeuvre,en plein"risorgimento",la naissance de la nation italienne ,sous Victor Emmanuel , qui se libère du joug autrichien .
Le propos de PY se développe au fil des tableaux,selon sa logique,clairement mais de façon trop démonstrative en n'évitant pas les idées plaquées sur l'intrigue,superflues qu'on a vues cent fois (les soldats brandissant des kalachnikovs,les pancartes xénophobes,les techniciennes de surface et cette ballerine dont on ne comprend ni le sens ni la présence
On retient ce décor monumental,aveuglant,bling-bling à défaut d'une direction d'acteurs inexistante.
Et musicalement?
A.Antonenko (Radames) est incapable de chanter piano,la voix est instable,les sonorités engorgées (mauvais jour ?? ou matériel vocal fatigué dû à une fréquentation de rôles trop lourds??? l 'acteur est monolithique....

4 appréciations
Hors-ligne
La ballerine symbolise certainement l'Autriche (cf les ballets du Concert du Nouvel An), montrée en plus comme un peu arrogante et guindee...



4 appréciations
Hors-ligne
A noter également que dans la salle, les voix semblaient toute prendre une couleur métallique. Est il possible que ce soit un effet acoustique lié au décor ? 
Sans parler de l'aberration d'une transposition grotesque et vulgaire... Je n'ai pas vu la version 2016, je n'ai pas eu le courage de subir de nouveau cette horrible production, très représentative de l'arrogance actuelle des metteurs en scène qui prétendent nous "expliquer" les oeuvres... 

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres