Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Simon Boccanagra au Théatre des Champs Elysés

3 appréciations
Hors-ligne
Dimanche dernier avait lieu au théâtre des Champs Elysées Simon Boccanegra l'opéra de Verdi en version de concert : sur scène au fond, le chœur, ensuite, les musiciens, et enfin tout devant, les chanteurs. Pas de mise en scène, c'est reposant pour la vue surtout quand on a subi déjà des mises en scène extravagantes ! Deux heures et demie de bonheur ! La symbiose palpable entre musique et chant: c'est une longue conversation entre chanteurs et musiciens on le voit et on l'entend car ils sont tous au même niveau et non séparés par une fosse (qui porte bien son nom).
J'ai eu un peu de mal au début pour distinguer qui est qui : les hommes sont tous habillés pareil et les sous-titres (en haut)ne sont pas très visibles car l'obscurité n'est pas totale et je n'ai pas l'oreille assez exercée pour reconnaître de prime abord un baryton d'un autre baryton ou d'une basse qui chante un peu haut ! Les chanteurs avaient une voix magnifique et j'ai quand même reconnu très vite Ramon Vargas qui avait remplacé au pied levé Jonas Kauffman dans les contes d'Hoffmann. Ludovic Tézier et Sandra Radvanovsky ont été ovationnés et tous ont vraiment mérité les applaudissements. En mai j'irai écouter les pêcheurs  de perles et je m'en réjouis d'avance : foin des mises en scènes ridicules, vive la musique sans artifices !
Marie-Louise

8 appréciations
Hors-ligne
J'ai aussi assisté à cette version concertante de Simon Boccanegra ce même dimanche!!
J'avoue que ce devait être assez difficile à suivre au début pour qui ne connait pas l'histoire, mais ce fut une soirée baignée de Beauté.
J'adore aussi voir l'orchestre sur la scène. J'y suis plus attentive.
Il va falloir que nous fassions des exercices de reconnaissance des voix de barytons!
Sandra Radvanovsky m'a éblouie par sa voix majestueuse.
C'est un opéra très sombre, illuminé pourtant par l'amour de Boccanegra pour sa fille. Hélas Ludovic Tézier était tellement stressé qu'il ne décollait pas les yeux de sa partition et n'a donc pas réussi à transmettre l'émotion de ses retrouvailles avec Amélia.  (j'ai appris par la suite qu'il était terrorisé!) Je lui en voulais un peu en regrettant mon cher Thomas Hampson, mais la qualité de sa prestation était tellement impressionnante que la soirée nous a tout de même comblés. Le jour où il aura surmonté les difficultés de cette partition, nouvelle pour lui, il réussira sans doute à incarner la psychologie du personnage et deviendra un grand Simon!
A l'opposé, Ramon Vargas bouillonnait d'émotion. 
L'opéra étant à priori un spectacle complet, on préférerait avoir une belle mise en scène mais cela devient vraiment très difficile. Alors, Vive les versions concertantes au Théâtre des Champs Elysées!!


2 appréciations
Hors-ligne
Bonjour,
j'ai eu la chance d'assister à cette magistrale interprétation, à Monaco. De grands moments d'émotion, des voix sublimes, un spectacle sans aucune "fausse" note. 

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres