Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Giovanna d'Arco

Le lundi 7 décembre en direct de la Scala de Milan au CGR de La Mézière   à 18H

 

 

Giovanna d'Arco  de Verdi

 

 

 

40x60-Affiche-AllOpera-Jeanne-Darc.jpg

 

Le livret :

Inspiré d’une pièce de Schiller, La Pucelle d’Orléans, (fin 18éme siècle)

Giovanna s’est déclarée prête à prendre les armes pour sauver la France de l’envahisseur anglais. Carlo, roi de France, croit en la jeune fille qui remporte une victoire éclatante. Il lui déclare son amour, mais Giovanna sait que le ciel lui a promis un destin héroïque à condition de chasser de son cœur toute passion humaine. Cependant, le père de Giovanna, Giacomo, décide de livrer sa fille aux Anglais car il la soupçonne d’avoir pactisé avec le diable. Quand Giacomo comprend son erreur, il libère sa fille qui se précipite au combat. Mais la victoire est acquise au prix de la vie de Giovanna qui meurt, entourée de son père et de Carlo, célébrée par des chants célestes.

 

 

Contexte historique et interprétation du mythe :

Si en France, au cours des 19 et 20 ième siècles, divers courants politiques se sont réappropriés le mythe de Jeanne d’Arc en fonction de la conjecture du moment, à l’étranger elle devint le modèle romantique de la résistance à l’oppresseur.

Lorsque Verdi compose cet opéra, en Italie, le mouvement Risorgimento se bat pour la libération et l’unité nationale contre la domination autrichienne. Dans un tel contexte, Jeanne d’Arc se présente comme un exemple d’engagement patriotique, héroïque et tragique. C’est pourquoi, alors que dans la pièce de Schiller Giovanna tombe amoureuse d’un anglais, Verdi la fait amoureuse du Roi de France. Impossible pour lui qu’elle aime un ennemi. D’autre part sa Jeanne D’Arc ne meurt pas sur le bûcher mais au combat, en martyr de la patrie. Verdi élude ainsi l’aspect religieux de son procès. A sa mort Giovanna est sacralisée davantage pour sa personnalité que pour sa foi.

Ce ne sera qu’en 1920, après la première guerre mondiale, que Benoit V la canonisera dans un souci de concorde internationale pour réconcilier Nation, République et Eglise.

Verdi réinvente aussi l’histoire de Jeanne d’Arc pour mettre en scène les passions individuelles (l’amour impossible du roi et de la Pucelle), les passions politiques (la réunification du pays), le tout agrémenté de couleur locale médiévale à la mode à cette époque. Si la jeune fille est une héroïne exaltée qui sacrifie tout à son idéal d’action, forte devant sa mission, elle est femme avant tout, avec ses faiblesses et ses contradictions : les aigus sont associés à son aspiration au divin, à la pureté, tandis que les sons graves, plus masculins, expriment son ambition et sa bravoure.

 

Mécontent des conditions dans lesquelles se déroulèrent les représentations à la Scala de Milan en 1845, Verdi se fâcha avec le directeur et n’y présenta plus aucun opéra durant quarante deux ans

 

 

Distribution                                  Chef d'orchestre                                                     Metteurs en scène 

Anna Netrebko                                   Riccardo Chailly                                                         M. Leiser et P.Caurier

Dmitry  Bellosselskiy

Carlos Alvarez 

 

                                                                                                                   

                                   


 

 

 




02/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres