Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Un Barbier de qualité!

Le Barbier de Séville  de Gioachino Rossini  

 barbier4.jpg
   
 Au cinéma CGR de La Mézière, le mardi 15 mars à 15h

 

    Rediffusion le lundi 21 mars à 14h.

 

    Une production du théâtre de Turin

                                                     

 Avec  

 

Antonio Siragusa (ténor), Marco Filippo Romano (baryton), Chiara Amarù (mezzo soprano), Roberto de Candia (baryton).

dans une mise en scène de Vittorio Borrelli et sous la baguette de Giampaolo Bisanti


 

Synopsis

 

barbier 2.jpg

À Séville, la jeune Rosina est tenue recluse par son tuteur, le vieux docteur Bartolo, qui s'est mis en tête de l'épouser pour garder sa dot. 

Mais Rosina s'est éprise du jeune Comte Almaviva qui, avec la complicité de Figaro, va tout tenter pour approcher son aimée... Sans doute l'opéra bouffe le plus célèbre de l'histoire de la musique et une éternelle source de délices, d'après la comédie de Beaumarchais.

 

Le Barbier de Séville (Il Barbiere di Siviglia) de Rossini s'inscrit dans la grande tradition de l'opéra buffa italien, dont les livrets sont basés sur des sujets quotidiens. L'humour dans l'opera buffa, genre moins noble que l'opéra seria, doit être efficace et dynamique, ce qui se traduit par de nombreuses péripéties et par une effervescence de traits d'esprit. Le comique de situation, omniprésent, s'illustre notamment dans le final de chaque acte, moments preivilégiés pour les rebondissements les plus inattendus et où les masques tombent : à la fin de l'acte I ("Fredda e immobile"), tous les personnages passent successivement d'un état d'hébétude à l'agitation la plus confuse pendant l'arrestation du comte.

 

 

Finale de l'acteI

 


 

 Chez Rossini, le bel canto se caractérise à travers la virtuosité, qui devient une dominante dans l'opéra italien, que ce soit dans les registres buffa ou seria : en témoignent les vocalises vertigineuses dans les airs du Comte et de Rosine. Cette technicité se traduit autant dans les vocalises très ornementées dans les airs des deux amants que dans le débit de paroles, qui caractérise les airs des basse-bouffe : outre l'air « A un dottor della mia sorte » de Bartolo, on retrouve également une écriture similaire dans l'air très célèbre de Figaro « Largo al factotum », où il vante la diversité de ses services. 

 

" Un dottor della mia sorte "


 

 

 

"La calumnia"


 

 

 

 Nombre d'interprètes, du vivant de Rossini, ont rajouté des fioritures mélodiques à ses airs les plus techniques, en dénaturant considérablement l'écriture mélodique d'origine. On en trouve encore un bel exemple dans l'air de bravoure de Rosine, « Una voce poco fa », dont se sont emparé les sopranos coloratures en le transposant. 

 

"Una voce pocco fa"

 


 

 

 



08/03/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres