Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Rigoletto

Le mardi 27 septembre, à 20h30, le cinéma l'Arvor, à Rennes, nous retransmet la représentation de l'opéra de  Guiseppe Verdi "Rigoletto" donnée à l'Opéra Bastille au printemps dernier.

 

 Le livret de Rigoletto est inspiré du Roi s’amuse de Victor Hugo, créé en 1832 à la Comédie-Française. Le drame mêle le sublime au grotesque autour du personnage de Triboulet, bouffon du roi, et dénonce à travers le libertinage de François Ier la décadence des classes dirigeantes. Le personnage central du drame de Hugo et de l’opéra de Verdi est inspiré de Nicolas Ferrial (1479-1536) alias Triboulet, qui fut bouffon à la cour du roi de France sous les règnes de Louis XII et de François Ier. Ce dernier le bannira pour s’être moqué d’une courtisane. 

 

En 1857, Victor Hugo intente un procès à Verdi pour contrefaçon avant d’admettre la qualité musicale de l’œuvre. L’opéra aura une carrière triomphale, contrairement à la pièce de Victor Hugo. Rigoletto magnifie l’œuvre théâtrale grâce à la musique qui amplifie la dimension émotionnelle des personnages.

 

Le livret de Piave est très fidèle à l’oeuvre française et certains passages ne sont que des traductions littérales, mais comme souvent dans un livret d’opéra, l’action est resserrée, concentrée.

 

Rigoletto est moins dur, plus sympathique que Triboulet, et le malheur qui le frappe en paraît plus cruel et touchant.

 

Comme dans l’opéra, Triboulet est dégoûté dû rôle qu’il doit jouer, mais à force railler, il en vient plus ou moins à penser ce qu’il dit. Il se venge en désignant au roi les femmes et les filles des courtisans qui le méprisent. Triboulet est clairement entremetteur et « l’intendant des menus plaisirs » du roi et donc presque directement responsable du malheur qui frappe Saint-Vallier dont la fille Diane de Poitier a été déshonorée. Il raille et insulte le père plus violemment encore que ne le fera Rigoletto. 

hmdppt8nispmupcdbk8t-728x484.jpg

 

 

La relation père fille est un sujet cher à Verdi. Le père verdien éprouve toujours un amour profond et sincère, mais exclusif et écrasant. Il est déjà entrevu dans Nabucco et très présent dans Luisa Miller (1849) avec déjà  de grands déploiements de tendresse puis on le retrouvera dans Simone Boccanegra (1857). 

 

 

 

Rigoletto consacre la naissance du drame lyrique moderne, d’un nouveau style d’opéra.

 

Rigoletto accuse une rupture dans l’histoire de l’art : rupture avec les racines du bel canto, rupture dans la construction, le traitement des ensembles, la caractérisation des personnages, l’écriture vocale.

 

- L’opéra consacre la naissance d’une nouvelle dramaturgie: intrigue intimiste, situations fortes, pas de déploiements de foules. C’est une œuvre théâtralement efficace et très ramassée sans faiblesse ni temps mort.

 

- L’orchestre, très important, crée des ambiances en quelques instants.

 

- C’est également une œuvre très équilibrée qui alterne en les liant les moments de brio, moments dramatiques, tragédie, romantisme. 

 

Avec Rigoletto, les canons du Bel Canto sont ouvertement transgressés. Ils sont devenus inopérants dans la nouvelle conception que se fait Verdi de l’opéra :  

 

 Verdi soumet chaque moment à la continuité du temps dramatique. C’est une composition d’un seul souffle, d’un bloc. L’écriture musicale est nouvelle : enchaînement permanent de scènes sans formes closes, sans fractures ni airs fermés et la construction n’est plus pensée en fonction de l’alternance nécessaire d’arias, duos et ensembles. Verdi cherche avant tout à trouver les formules mélodiques qui correspondent le mieux au déroulement de l’action, à la psychologie des personnages.  

 

Tout le drame est concentré sur les interventions du rôle titre. Pour mieux le distinguer, Verdi lui assigne un langage neuf : le recitativo cantando, une sorte de déclamation dramatique avec un chant permettant de faire passer des sentiments très divers, qui exige donc de l’imagination et de la variété. L’interprète de Rigoletto, un « baryton verdien » typique doit tout avoir : une voix riche, capable de puissance et le sens des colorations, de la ligne vocale (ce n’est pas un rôle vériste) ainsi qu’un fort tempérament. 

 

« J’ai conçu Rigoletto sans air, sans finales, comme une longue chaîne de duos, parce que c’est ce que je désirais. Et si quelqu’un ajoute : « Mais on pourrait faire ceci ici, cela là etc. », je réponds : « très bien, mais moi je ne sais rien faire de mieux ». 

 

Verdi a longtemps considéré Rigoletto comme son chef d’œuvre, même après avoir composé La Traviata et Le Trouvère. 

 

Placée sous la direction de Nicola Luisotti, cette nouvelle production de Rigoletto marque la première collaboration du metteur en scène Claus Guth avec l’Opéra de Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michael Fabiano, Il Duca di Mantova

Quinn Kelsey, Rigoletto

Olga Peretyatko, Gilda

Rafal Siwek, Sparafucile

Vesselina Kasarova, Maddalena

Isabelle Druet, Giovanna

Mikhail Kolelishvili, Il Conte di Monterone

 

 

 

     

Nous vous recommandons de visiter la page du forum "discussions générales" pour lire la critique de l'un de nos membre : MB.



25/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres