Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Tannhaüser! Es lebe Wagner!

Le samedi 31 octobre, nous retournons au cinéma Gaumont pour une retransmission de l' opéra de Wagner :                      

                                        TANNHAUSER

84-galerie-photos125-1431965835.jpg tannhauser 4.jpg

 

 

 

 

 

     SYNOPSIS

84-affiche-1431965789.jpgTannhauser.jpg

Tannhäuser est un des premiers grands chefs-d'œuvre   de Richard Wagner. Cet opéra conte l'histoire de Tannhäuser, un homme en quête d'identité, partagé entre le sensuel et le spirituel, l'amour profane et l'amour sacré, mais aussi celle d'un artiste cherchant la reconnaissance. La première version est créée à Dresde en octobre 1845.

PRESENTATION

Ce cinquième opéra de Wagner, synthèse de nombreux mythes anciens, fait son retour au Met après plus de dix ans, sous la baguette de James Levine, le conducteur fétiche de l’opéra new-yorkais. Johan Botha, habitué du répertoire wagnérien, chante le rôle de Tannhäuser. Wagner s’est lui-même fortement identifié à ce personnage à la recherche du salut et de l’amour pur et courtois, mais aussi de la reconnaissance musicale qu’il sut gagner avec cette œuvre majeure de l’opéra romantique.

 

Opéra en allemand sous-titré en français et allemand

 
                                      Compositeur
                                                 Richard Wagner
                                          Mise en scène
                                                  Otto Schenk
                                          Direction Musicale
                                                James Levine
DISTRIBUTION
Johan Botha (Tannhäuser)
                                    
84-galerie-photos127-1431965861.jpgtanhauser3.jpg  "A tout seigneur, tout honneur, Johan Botha, malgré son physique imposant et son manque d'agilité sur scène, campe ici un héros incroyable d'insolence vocale et d'endurance. On aura rarement rendu à ce point justice à ce rôle épuisant : d'un bout à l'autre et jusqu'à la scène finale qu'il aborde "frais comme un gardon", le chanteur sud-africain déploie une splendeur vocale et une facilité hors du commun, alliée à une finesse interprétative tout aussi rare dans l'intelligence du texte. Il n'est pas courant d'entendre Wagner aussi bien chanté, avec un tel respect des nuances, un pareil legato.
 
  Eva-Maria Westbroek (Elisabeth)     
                                       
84-galerie-photos126-1431965852.jpgTannhauser.jpg"A ses côtés Eva-Maria Westbroek  déploierait presque les défauts et qualités inverses. Physique idéal de l'héroïne "blonde" wagnérienne, présence scènique brûlante...Mais la fréquentation régulière des rôles particulièrement lourds semble au début, avoir entamé son capital vocal : l'air d'entrée nous laisse sur notre faim et il faudra de longues minutes avant que la soprano ne finisse par maîtriser son vibrato. Son Elisabeth est néanmoins particulièrement émouvante... la lueur, la puissance et l'expressivité de son chant pénétrant fait d'elle une Elisabeth impétueuse et vulnérable."
 
Chef d'orchestre : James Levine
 
"M. Levine, 72 ans, a eu l'endurance nécessaires pour se concentrer et mener une interprétation agile et perspicace de "Tannhäuser". Pour l'ouverture, qui commence avec le thème de l'hymne indéfectible que les pèlerins de cette histoire située dans l'Allemagne médiévale, vont chanter au retour de leur voyage à Rome, M. Levine a utilisé l'étendue et la richesse de l'orchestre. Lorsque l'ouverture s'est décalée vers la musique agitée et chatoyante associée au Venusberg - le royaume de la déesse de l'amour - le jeu avait la légèreté agile et les textures diaphanes. Il y avait des épisodes, en particulier certains échanges entre les chanteurs de récitatif dramatique, où une exécution plus incisive de l'orchestre aurait aidé. Pourtant, M. Levine a obtenu ses points partout grâce a sa riche expérience du style de Wagner."
 
Peter Mattei (Wolfram)
 
"Peter Mattei dans le rôle de Wolfram, l'ami de Tannhauser, est également amoureux d'Elisabeth.  Mattei est l'un des barytons les plus gracieux dans le monde de l'opéra, et il a mis tous ses talents au service du rôle. Son chant est resté suave, son phrasé, délicat. Il fut une belle contrepartie à celui de Botha plus pesant, soulignant les différences entre ces deux hommes. Mattei a généré l'un des moments les plus mémorables de la soirée."

 


Pour ceux qui veulent aller un peu plus loin afin de mieux se préparer au spectacle, voici une petite explication très claire de la magnifique ouverture de Tannhaüser, offerte par la Cité de la Musique.

http://education.citedelamusique.fr/CMDA/Public/CMDA100008100/

 

 



24/10/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres