Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Un western à l'opéra

L'un des premiers westerns de l'histoire fut l'opéra de Puccini

 

                                   La Fanciulla Del West

 

Nous aurons l'occasion d'assister à la représentation donnée au Théâtre de la Scala de Milan et retransmise au cinéma CGR de La Mézière, le 10 mai à 20h ou le 6 juin à 14h.

LA+FILLE+DU+FAR+WEST+2.JPG

 

 En 1906, le directeur du Met de New York invite Puccini, tous frais payés pour être présent aux représentations de quatre de ses opéras, dont Madama Butterfly, encore inédit en Amérique. Puccini découvre les US avec stupeur et assiste à la représentation de la pièce de Belasco The Girl of the Golden West

Puccini sait que tout le monde attend de lui un nouvel opéra et est un peu sous pression. Il veut un sujet puissant, quelque chose de contemporain ou du moins inscrit dans l’histoire récente et qui parle directement au public. Il veut des situations fortes et une atmosphère particulière. 

Il va trouver son bonheur dans une pièce de l’écrivain dramatique David Belasco (1853-1931).

L’histoire se déroule à l’époque de la Gold Fever, en 1849-1850 en Californie, dans les Cloudy Mountains dans un camp de mineurs.

Puccini  remodèle beaucoup le texte mais il aime l’héroïne passionnée au cœur tendre, le milieu pauvre, l’aspect choral et l’atmosphère exotique et l’ambiance du Far West.  

 

 

220px-Enrico_Caruso_IV.png

L’événement de la première à New York le 10 déc. 1910 prend des proportions inattendues et est un immense succès avec trois chanteurs d’exception (Emmy Destinn, Pasquale Amato et le grand Enrico Caruso pour qui le rôle de Johnson a été écrit sur mesure.) et à la baguette Toscanini, alors directeur musical du Met. 

Puccini veut exprimer la dure réalité de la vie des chercheurs d’or, sans idéalisation et exprimer la solitude de personnes déracinées. 

Il ajoute un côté biblique très développé avec la citation du 51ème Psaume de David. 

« Il n’y a nul pêcheur au monde auquel soit barré le chemin de la rédemption » (cité par Minnie dans sa leçon aux mineurs au 1er acte.) L’histoire sera une illustration de ce Psaume.  

La musique témoigne du goût de Puccini pour le pittoresque musical et l’exotisme. Il essaye de créer quelque chose d’autre pour son nouveau public. Il se procure de la musique américaine et des chants indiens, afin de saisir l’atmosphère. 

Ex : la « complainte de Wallace » est dérivée d’une vieille mélodie Zuni et le texte est inspiré de la chanson américaine Old Dog trays. 

De nombreux thèmes ont une allure folklorique : rythmes locaux, foxtrot, ragtime… 

- Il utilise des « trucs musicaux » : voix parlée, coups de pistolets, tempête, chants populaires.

fiancée.jpg

L’œuvre est remarquable par la violence des hommes, des passions et de la nature qui s’exprime dans les thèmes principaux, notamment ceux liés à Johnson. Elle séduit par un romantisme exacerbé, un lyrisme débordant, des thèmes forts, une surabondance d’effets musicaux, harmoniques, instrumentaux.

« Un remarquable western télévisé avant la lettre. » (Stravinsky)

La composition orchestrale est particulièrement magnifique.

 

Ce mardi 10 mai, Riccardo Chailly dirigera l'orchestre.

La mise en scène sera de Robert Carsen

L'opéra sera chanté par

Barbara Haveman, Claudio Sgura et Roberto Aronica.

 

 

 

 

"Ch'ella mi creda" Jonas Kaufmann

 


 

 

 

 Extraits avec Deborah Voigt, Carl Tanner et Carlos Almaguer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



06/05/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres