Les Bretons vont à l'Opéra

Les Bretons vont à l'Opéra

Manon Lescaut

Le mardi 14 mars à 20h    au Mega CGR  LA MEZIERE

Rediffusion le 3 avril à 14h.

 

 MANON LESCAUT     de     Giacomo PUCCINI  1893

-MANON-LESCAUT-_3477786327013415049.jpg

 

Après 124 ans, le Théâtre de Turin nous propose de célébrer ensemble sur grand écran le retour de Manon Lescaut sur le lieu de sa création. Un moment incontournable !

 

Certains ont pu admirer la prestation de Kristine Opolais aux côtés de Jonas Kaufmann ou encore de Roberto Alagna.

 

C'est Maria-José Siri qui interprétera cette fois le rôle de Manon aux côté de Gregory Kunde dans une mise en scène de Jean Reno. sous la direction de Gianandrea Noseda.

 

  

La célèbre Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut (1731) de l’Abbé Prévost, avait déjà inspiré Daniel-François-Esprit Auber en 1856 et Jules Massenet en 1884. Puccini souhaitait se démarquer de l’œuvre de Massenet, qu’il connaissait bien, pour créer une Manon différente de la jeune femme frivole et fragile dépeinte par son prédécesseur. « Manon est une héroïne à laquelle je crois » écrit le compositeur, fasciné par le destin d’une femme dont il met en valeur la sensualité et la folle énergie dans la recherche passionnée des plaisirs de la vie. Puccini nous donne à entendre une Manon provocante, farouchement attachée au luxe et à l’amour qui se révéleront inconciliables. Elle affirme dans un cri terrifiant son horreur devant la mort inéluctable, châtiment final de son audace de femme éprise de passions fortes : « No, non voglio morir ! » 

 

Dans son oeuvre, Giacomo Puccini met en scène l'amour de Manon Lescaut et Des Grieux, dans la France du XVIIIème siècle. Elle est finalement déportée à la Nouvelle-Orléans où sa vie agitée connaît une fin tragique. Dans cette aventure infernale, Des Grieux, mû par son amour aveugle, obsessionnel pour Manon, ne négligera aucun moyen pour la suivre.   

 

ManonLescaut_Valencia2014.jpg

 

 

 

Manon Lescaut est un ouvrage d’une grande modernité caractérisé par la richesse de ses subtilités harmoniques et l’audace de combinaisons instrumentales inédites. Il obéit au principe de « l’opéra continu », cher à Wagner. L’orchestre développe les « leitmotive », sous-tendus par le thème central de la mort. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09/03/2017
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 78 autres membres